Fermer

Forum Voyage Pérou

Cliquez ici


 

Bougez au rythme des Incas

Notre circuit d'une durée de 19 jours vous propose les mêmes excursions que notre circuit classique de 16 jours agrémenté cette fois de 3 jours d’activités plus dynamiques.

Quel bonheur de découvrir le paysage andin à cheval ou en 4 roues ! L'aventure avec Voyages Traditours, c’est aussi découvrir des régions désertiques et parcourir de gigantesques dunes en buggy des sables ou encore être en compagnie d’un chaman local dans le village des sorciers. Des moments incroyables et magiques vous attendent !

Portrait du Pérou

Pérou, l'an 1200… Imaginez un empire qui, à son apogée, s'étend de la cordillère des Andes en passant par le Chili, jusqu'à la Colombie actuelle. À sa tête, un empereur qui, selon la croyance, serait le descendant direct de l'Inti, le Dieu Soleil. Il va sans dire qu'on l'approchait avec grande vénération et humilité ! Sur les flancs des montagnes vertigineuses qui bordaient l'empire, des dizaines et des dizaines de paliers d'agriculture tous construits à la main, tels d'énormes escaliers comestibles ! Imaginez un peuple avec une élite savante - de brillants astrologues, mathématiciens et géomètres, pour être précis -.

« Inti Taita ! Cunanmi Jamuiku Llapan Tahuantinsuyo ! » : Voilà comment vous serez accueillis dans cet univers ! Vous n'y retrouvez plus votre latin ? C'est normal !  Ces mots sont en quechua, la langue officielle de l'empire inca, une des plus grandes civilisations qui vécut entre 1200 et 1532 après J.-C. Malheureusement, à l'arrivée des conquistadors, la langue espagnole a été imposée, au détriment du quechua. Mais si vous vous rendez tout en haut, sur les plateaux des Andes, vous risquez fort probablement d'entendre cette langue mystérieuse puisqu'elle y est encore parlée par certaines populations locales.

Mais qu'est-ce qu'elle veut dire, au juste, cette phrase cacophonique ? Cela signifie : « Père Soleil, nous sommes rassemblés aujourd'hui pour te remercier de tous les bienfaits que tu nous procures », explique un de nos guides d’exception, un homme chevronné et passionné par son pays, un quechua « pure laine » de surcroît. Demandez-lui tout ce que vous voulez sur l'histoire, la géographie, la sociologie, la religion, n'importe ! Il sait tout sur tout à propos du Pérou.

On ne peut devenir un empire imposant sans une organisation à toute épreuve. Et cela, l'empereur inca l'avait bien compris ! C'est pourquoi il n'avait rien laissé au hasard. On avait en effet imposé un système de travail plutôt efficace dont le principe était fort simple : « pendant 4 mois, les familles travaillaient sur leur propre terre ; 4 autres mois, on prêtait main forte à son voisin et pendant les 4 mois restants de l'année, un membre de la famille devait travailler bénévolement pour l'état » raconte notre guide. On appelait ce travail communautaire et bénévole pour l'état, la « mita ». Ce système garantissait nourriture et assistance à tout le peuple inca. Croyez-le ou non, de cette façon, on arrivait à garnir le grenier de l'état pour huit années consécutives !



Malheureusement, lorsqu'ils ont établi leur domination sur les Incas, les Espagnols ont déformé ce système de travail pour en tirer avantage. Ainsi, un membre de chaque famille devait maintenant travailler bénévolement dans les mines pour en extraire des métaux précieux qu'on envoyait en Espagne. Mais voilà : ce n'était plus 4 mois de travail que les Espagnols exigeaient, mais toute une vie. « Quand un des leurs partait pour la mine, on savait très bien qu'on ne le reverrait plus jamais. Beaucoup ont préféré se suicider que d'entrer dans une mine d'où ils n'allaient pas ressortir vivant », dit notre guide avec une certaine émotion, c'étaient les siens, il y a plusieurs centaines d'années.

Rien à envier au plus rapide des dieux grecs !

Si l’on vous demande un jour de choisir entre le plus rapide des dieux grecs et un coureur inca, n'hésitez pas : misez tout sur le coureur inca ! Au temps de l'empire, on nommait ces coureurs les « Chasquis ». Les Chasquis étaient de jeunes et vigoureux coureurs, en excellente condition physique, entraînés depuis l'enfance. Vivant en groupe de six dans des abris le long des routes, on les  utilisait comme messagers pour parcourir les chemins de l'Empire.

Les Chasquis auraient été de véritables athlètes olympiques s'ils avaient vécu à  notre époque. « La légende veut qu'ils étaient tellement rapides que l'empereur, qui vivait à plusieurs centaines de kilomètres de la mer, pouvait déguster du poisson frais pour le dîner », raconte notre guide. Pour ceux qui voyagent avec Traditours et qui ont le bonheur de marcher sur une plage au sable blanc qui longent le Pacifique, cette image des coureurs Chasquis ramenant du poisson frais à l'empereur suscite l'imaginaire de façon tout à fait extraordinaire.

Du poisson frais et… de jolies femmes

Romantiques s'abstenir ! La vie des femmes sous le règne des Incas n'a en fait rien de très rose. Vers 12 ans, les plus jolies filles du royaume étaient sélectionnées et mises dans une maison où elles apprenaient à tisser des vêtements et à préparer de la nourriture pour l'empereur inca. Certaines d'entre elles allaient garder leur virginité toute leur vie ; d'autres, par contre, allaient devenir les concubines de l'Inca.  Bien sûr, on ne demandait pas l'avis de la fille en question ! Et s'il venait à être su que l'une d'entre elles avait une liaison avec un homme « du peuple », un sort cruel l'attendait : on l'enterrait vivante. Son amant allait aussi perdre la vie et quiconque lui était apparenté était destiné à mourir.

Pérou, l'an 1531… Francisco Pizzaro et ses hommes arrivent dans la ville de Tumbes, au nord du Pérou. Cet espagnol pauvre, bâtard et illettré qui s'est fait conquistador, allait changer à jamais le fabuleux destin de l'empire inca. En moins de 15 ans, il allait réduire ce peuple à néant, détruire ses forteresses et ses temples dédiés au Dieu Soleil, pour ériger par-dessus les fondations incas les nouveaux murs espagnols, catholiques.

Si vous portez attention, vous verrez que dans plusieurs villages et sites, vous pourrez voir les fondations incas qui se démarquent visiblement par leurs formes et leurs couleurs des murs espagnols qu'elles soutiennent.

Il aura fallu plus de 200 ans aux Incas pour étendre leur formidable empire et moins de 15 aux conquistadores espagnols pour tout mettre à terre.

Heureusement, de superbes vestiges du temps précolombien ont résisté à l'homme et au temps. C'est entre autre le cas des mystérieuses et célèbres lignes de Nazca et du Machu Picchu.

Que ceux qui savent lire entre les lignes lèvent la main !

Que ceux qui ont le don de lire entre les lignes lèvent la main ! Car peut-être pourrez-vous aider les historiens, archéologues et anthropologues du Pérou et du monde entier à lever le voile sur le mystère qui entoure encore les fameuses lignes de Nazca. Ces géoglyphes et lignes géométriques géants, tracés dans le désert de la côte péruvienne par la civilisation Nazca, il y a de cela près de 2000 ans, atteignent parfois plusieurs kilomètres de long !

Comment les Nazcas ont-ils pu tracer de façon hyper-symétrique des dessins aussi géants sans en avoir une vision aérienne ? Et par quel miracle, ces superbes vestiges tiennent-ils encore le coup après 1800 ans ? Si vous trouvez la réponse, contactez-nous au plus vite ! Car même les scientifiques sont encore incapables de fournir une réponse unanime quant à leur utilisation, ce qui a donné lieu à toute sorte de spéculations, des plus farfelues aux plus sérieuses. Certains croient que le peuple Nazca utilisait ces lignes géantes pour communiquer avec les extra-terrestres ; d'autres ont affirmé que c'était plutôt pour entrer en contact avec leurs dieux.

Puis, il y eu celle qu'on appelle affectueusement la « Dame du Désert ». Maria Reiche est une mathématicienne allemande qui fut tellement impressionnée par la beauté, la perfection et l'exactitude de ces lignes, qu'elle passa sa vie à les étudier et à tenter de les préserver, explique notre guide. « On lui doit même la découverte de nouveaux dessins. Elle mourut à l'âge de 84 ans. Elle s'inquiéta de la préservation des lignes de Nazca jusqu'au dernier jour de sa vie », dit-il.

« Les lignes de Nazca n'appartiennent pas seulement au Pérou », précise notre guide. « Elles appartiennent à l'humanité et c'est pourquoi nous devons les préserver précieusement ».

Une chose est sûre : lorsque vous survolerez ces lignes, ce que vous ferez à coup sûr avec Traditours, préparez-vous à en revenir déconcerté et mystifié.

Le Pérou aujourd'hui

Bien que la vie de l'empire inca se sent et se voit encore fortement au Pérou, celle-ci a cédé la place aux temps modernes.  Le Pérou est une république présidentielle qui comptait une population de plus de 29,5 millions d'habitants en 2012.

Malheureusement, on ne saurait parler du Pérou moderne sans parler du président Fujimori, un économiste agronome de descendance japonaise dont la cupidité a ravagé le pays tant socialement que financièrement ; un personnage que les péruviens tentent fortement d'oublier.

Aujourd'hui, le Pérou est libre de terrorisme et de tout régime autoritaire. Les Péruviens tentent d'oublier et se tournent courageusement vers l'avenir. Heureusement, les tribulations politiques et sociales des dernières années n'ont pu endiguer l'omniprésence et la puissance de l'ancien empire inca. Demandez-le aux personnes qui ont voyagé avec Traditours dans ce pays si riche en histoire et en culture : tous vous diront qu'ils ont entendu l'appel de l'Inca, qui résonne encore dans leurs cœurs. Et dans celui de plusieurs Péruviens, comme le souligne notre guide : « Mon pays en est un pays aux contrastes marquant. Il a une culture vivante et possède un passé rempli de mythes et de traditions. Les gens de mon pays sont les héritiers d'une histoire qui représente un exemple d'amabilité et de courage. Le Machu Picchu, incrusté au  cœur des montagnes, est le témoin de cette grande civilisation.»

Cliquez ici